Microbiologie clinique

Chef de laboratoire

Cécile Meex

Téléphone

+32 4 3662452

Fax

+32 4 3662440

Discipline

Biologie Clinique
> Microbiologie Clinique
> Bactériologie

DISPOSITF INTRAVASCULAIRE - Culture aérobie semi-quantitative d'extrémité de cathéter Code ESSAI: AERC
Test AccréditéNon accrédité
Réalisable en urgencenon
Pré-analytique
Type d'échantillonsCathéters
Autre type d'échantillons

Cathéter (extrémité)

Description

1. CONDITIONS DE COLLECTE

  • Idéalement, prélever 2 hémocultures, une par le cathéter et l’autre d’un site périphérique (voir procédure "kit KT") juste avant de retirer le cathéter qui sera envoyé pour culture.
  • Nettoyer la peau avec une solution alcoolique à 70% avant de retirer le cathéter.
  • En respectant une technique aseptique, saisir avec un instrument stérile la partie visible du cathéter et le retirer prudemment, en évitant de toucher la peau. Tenir l’extrémité distale au dessus d’un tube stérile, couper 5 à 7 cm de l’extrémité distale avec des ciseaux stériles et la laisser tomber dans le tube.
  • Refermer aussitôt le tube et l’envoyer au laboratoire aussi rapidement que possible.

2. TRANSPORT ET CONSERVATION

  • Le prélèvement doit être acheminé dans les 2 heures au laboratoire
  • Il peut être conservé max. 24h à T° ambiante
Délai maximum du préanalytique 2 h
Analytique
Méthode et appareil

Culture semi-quantitative (bout de cathéter roulé sur boîte), technique de Maki, sur milieux appropriés.
Incubation: 24 à 48 h à 35 +/- 1°C.

Post-analytique
Intervalles de référence

Interprétation d'une culture positive

  • La présence de >15 CFU suggère que le cathéter est la source potentielle de bactériémie, ce qui survient dans environ 10% des cathéters colonisés.
  • La présence de < 15 CFU est rapportée uniquement pour les microorganismes pathogènes significatifs (ex: Candida albicans, streptocoque du groupe A, bacilles Gram négatifs).
Délais (sauf le week-end) 1 day (min) - 2 days (max)
Fréquence de réalisation de l'analyse 6J/7 (pas le dimanche, sauf demande expresse)
Nomenclature INAMI
Code INAMI550373 - 550384
Intérêt scientifique
Intérêt médical et scientifique

L’insertion de cathéters intra-vasculaires (veineux ou artériels) crée une brèche dans la barrière cutanée et ainsi un point d’entrée sensible aux infections.  De plus, la présence continue de ce corps étranger prédispose encore plus à une infection, qui peut être la conséquence de la colonisation du cathéter par la flore cutanée ou, moins fréquemment, par essaimage hématogène lié à une contamination du « hub ».  Le risque d’une telle colonisation du cathéter est une bactériémie.  Les infections sur cathéters sont responsables d’une part importante de la morbidité et de la mortalité des infections.  Il existe différentes recommandations pour la prise en charge et le diagnostic de ces infections.  Les microorganismes les plus fréquemment rencontrés sont Staphylococcus aureus, les entérocoques, Candida spp, Pseudomonas aeruginosa, Enterobacteriaceae et les microorganismes de la flore cutanée comme les staphylocoques coagulase-négative et Corynebacterium spp.  La signification des microorganismes de la peau n’est pas toujours évidente puisque le retrait du cathéter se fait au travers de la peau.

Pour le diagnostic des bactériémies associées aux cathéters, plusieurs méthodes de diagnostics ont été décrites et utilisées.  Les cultures semi-quantitatives (bout de cathéter roulé sur boîte), technique de Maki, et les cultures quantitatives (après sonication) sont des méthodes de diagnostic plus fiables que les cultures qualitatives, dans lesquelles le bout de cathéter est cultivé dans un bouillon et où le moindre contaminant peut donner un résultat positif.  L’objectif de la technique semi-quantitative est de distinguer une infection d’une contamination, avec un dénombrement >= à 15 CFU considéré comme significatif.  Dans la méthode de culture quantitative, pour être significatif, le dénombrement doit être  >= 100 CFU.  Si ces dénombrements significatifs sont accompagnés de signes d’infection locaux ou systémiques, ils sont indicatifs d’une infection liée au cathéter.  Ces méthodes quantitative et semi-quantitative ont une haute spécificité dans le diagnostic des septicémies sur cathéter, mais la méthode quantitative serait 20% plus sensible pour ce même diagnostic.  La méthode quantitative serait plus sensible car elle est capable de détecter la colonisation du lumen.  Actuellement il ne cependant pas clair de savoir si cette meilleure sensibilité de la méthode quantitative est cliniquement significative.  Comme la plupart des laboratoires, nous avons choisi de faire les cultures par la méthode semi-quantitative  plus facile à réaliser et par manque d’études scientifiques démontrant le bénéfice ajouté apporté par la méthode quantitative. 

D’autres solutions alternatives sont proposées pour le diagnostic des infections sur cathéter et ce sans enlever le cathéter, comme notamment le prélèvement de 2 hémocultures, l’une périphérique et l’autre ponctionnée par le cathéter (lien vers la procédure "kit KT").  2 hémocultures sont prélevées simultanément, pour la comparaison des temps nécessaires pour la positivité.   Si la culture par le cathéter est positive >2 h avant l’hémoculture périphérique et avec le même microorganisme, il est très probable que la bactériémie soit liée au cathéter.   

Commentaire

Une infection de cathéter peut se définir comme :

-      La présence de signes inflammatoires locaux (rougeur, pus) + généraux (fièvre, leucocytose, CRP)

OU

-      La présence d'une bactériémie avec germe retrouvé aussi à plus de 15 CFU à la culture du cathéter

 OU

-      Dans le cas de la réalisation d’un « kit KT » (lien vers la procédure ), la positivité de l’hémoculture prélevée au niveau du cathéter au moins 2 h avant celle effectuée en périphérie (avec présence du même germe)

 

La mise en culture après retrait du cathéter est indiquée pour confirmer l’étiologie infectieuse d’une infection de dispositif intra-vasculaire et pour identifier l’agent pathogène causal.  Celle-ci doit être demandée si:

-      signes locaux évident d’infection (rougeur, gonflement, induration, douleur à la palpation, pus, ...);

-      hémocultures positives chez porteur de cathéter sans autre foyer ;

-      « kit KT » ave différentiel de temps > 2h en faveur de l’hémoculture prélevée au niveau du cathéter.

L’examen systématique des cathéters périphériques n’est pas justifié en dehors de signes locaux et/ou généraux d’infection.

N.B. : Lorsqu’une infection de cathéter est suspectée, un frottis du point d’introduction à l’écouvillon (eSwab® rose) peut être réalisée. Un écouvillon positif au point d’introduction est  sans signification pathologique, par contre un écouvillon négatif permet d’exclure une infection de cathéter.

Sortie Excel Sortie Excel