TOXICOLOGIE CLINIQUE, MEDICO-LEGALE, DE L’ENVIRONNEMENT ET EN ENTREPRISE

Chef de laboratoire

DUBOIS Nathalie

Téléphone

+32 4 3667682

Fax

+32 4 3668889

EMail

Nathalie.Dubois@chu.ulg.ac.be

Discipline

Biologie Clinique
> Toxicologie
> en Entreprise

CYANURES, sang Code ESSAI: CY
Test AccréditéNon accrédité
Réalisable en urgencenon
Pré-analytique
Type d'échantillonsSang > Sang total
MatérielsTube Hépariné (bouchon vert) sans gel 5mL
Description

Transport entre 2 et 8°C.
Conservation à 4 - 8°C pendant 3 jours.

Volume minimal à prélever chez le patient500 µL de sang complet
Analytique
Méthode et appareil

HPLC / fluorimètre

Post-analytique
Intervalles de référence

Non fumeurs : < 20 µg/L
Fumeurs : < 50 µg/L
Intoxications aiguës : 500 µg/L
Valeur létale : 1000 µg/L

Unitésµg/L
Délais (sauf le week-end) 3 days (moy)
Fréquence de réalisation de l'analyse A la demande
Nomenclature INAMI
Règles INAMI

Veuillez contacter le laboratoire.

Intérêt scientifique
Intérêt médical et scientifique

Les cyanures proviennent de l'acide cyanhydrique ou de ses sels (NaCN, KCN, Ca(CN)2) ou des cyanures halogénés (CNCl CNBr). L'acide cyanhydrique est principalement utilisé pour la fabrication de produits chimiques (acrylonitrile, chlorure de cyanogène, agents chélatants, etc.). Il est également utilisé comme insecticide et rodenticide (en fumigation) et est présent dans la fumée de tabac (1 ‰ HCN). Les sels de cyanures sont également utilisés pour la fabrication de produits chimiques, ils sont utilisés aussi pour l'extraction de l'or et de l'argent, dans les bains d'hydrolyse, en galvanoplastie, comme pesticide (cyanure de calcium), etc.

Les sources d'intoxication peuvent être professionnelles (pesticides, industrie des matières plastiques... ), alimentaires (viandes contaminées, haricots exotiques, fruits à noyaux... ), thérapeutiques (eau de laurier-cerise dans certains sirops) et tabagique. Les voies de pénétration peuvent être pulmonaire, digestive, cutanée et oculaire.

Les manifestations cliniques observées sont la conséquence d'un effet anoxiant aigu.

Une intoxication suraiguë entraîne une mort rapide par arrêt respiratoire.

Une intoxication aiguë induit 4 phases : phase d'excitation (céphalées intenses, saveur amère et brûlure de la bouche et de la gorge, haleine à l'odeur d'amande amère, vertiges, nausées et vomissements, polypnée, cris), phase de dépression (dyspnée avec phases d'apnée, sujet stuporeux et angoissés), phase de convulsions (convulsions tonicocloniques et perte de connaissance) et phase de paralysie (coma profond, collapsus cardio-vasculaire, dyspnée sévère jusqu'à arrêt respiratoire).

Une intoxication chronique provoque : troubles généraux (céphalées, asthénie, vertiges, palpitations, perte de poids), digestifs (nausées, vomissements, gastralgies), sensoriels (altérations des qualités olfactives et gustatives), oculaires (conjonctivites) et endocriniens (goître).

Les dosages de cyanures sanguins sont essentiellement utilisés pour l'évaluation de la gravité d'une intoxication aiguë.

Les concentrations urinaires de thiocyanates sont utiles pour la surveillance de l'exposition aux cyanures.

Publications / références

Cyanures et thiocyanates en toxicologie hospitalière ,
C. Charlier, Th. Gougnard, D. Lamiable, P. Levillain, G. Plomteux,
Annales de Toxicologie Analytique, 2000, XII, 2, 131-136.

Sortie Excel Sortie Excel