BIOCHIMIE SPECIALISEE - PROTEINES - ELECTROPHORESE

Chef de laboratoire

Laurence LUTTERI

Téléphone

04/323.76.75

Fax

04/323.88.23

EMail

laurence.lutteri@chuliege.be

Discipline

Biologie Clinique
> Chimie Clinique
> Biochimie spécialisée-Protéines-Electrophorèse

Immunofixation (Sérum) Code ESSAI: SEF
Test AccréditéISO 15189
Réalisable en urgencenon
Pré-analytique
Type d'échantillonsSang
MatérielsTube SEC AVEC GEL (bouchon orange) 3,5 mL
Description

Informations pour le prescripteur

L’utilisation du médicament DARATUMUMAB, provoque l’apparition d’une bande monoclonale en IgG kappa. Il existe donc une possibilité de faire disparaître cette bande interférente en utilisant la technique d’immunofixation HYDRASHIFT daratumumab (39,14 €). 

Les échantillons de sang sont recueillis dans des tubes secs avec séparateur de caillot et centrifugés au laboratoire.

Transport entre 2 et 8°C. 

Conservation entre 2 et 8°C.

Délai d'ajout : 7 jours.

Volume minimal à prélever chez le patient500 µL
Analytique
Méthode et appareil

Electrophorèse suivie d’une immunofixation effectuée à l’aide d’anticorps : Méthodes réalisées sur gel d'agarose sur Hydrasys Sebia

Post-analytique
Expression du Résultat

Pour identifier de façon précise la nature de la bande monoclonale, l’échantillon est testé sur six pistes. Après électrophorèse, une piste (ELP) sert de
référence grâce à la précipitation par le fixateur de toutes les protéines présentes ;
les cinq autres pistes permettent de caractériser la ou les bandes monoclonales grâce à des anticorps spécifiques:
- anti-chaînes lourdes gamma (Ig G)
- anti-chaînes lourdes alpha (Ig A)
- anti-chaînes lourdes mu (Ig M)
- anti-chaînes légères kappa (libres et liées)
- anti-chaînes légères lambda (libres et liées)
Cette technique simple et rapide donne une image claire et très facilement interprétable.

Délais (sauf le week-end) 5 days (max)
Fréquence de réalisation de l'analyse 1 fois par jour (5 jours sur 7)
Nomenclature INAMI
Code INAMI542032
Règles INAMI

Pour plus d'informations (Détail, règles, etc.), cliquez sur le code INAMI.

Intérêt scientifique
Intérêt médical et scientifique

Détection des gammapathies monoclonales (augmentation parfois très importante d’un seul type d’immunoglobuline appartenant à une classe déterminée due à une prolifération d’un seul clone de cellules B malignes ou hyperstimulées).
Diagnostic et suivi du traitement au cours des gammapathies malignes
Surveillance de l’évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (MGUS).
Le myélome multiple est une forme de cancer qui atteint les plasmocytes. Ceux-ci résident essentiellement dans la moelle osseuse, ce sont les cellules qui produisent normalement les anticorps. Ces cellules spécialisées dérivent des lymphocytes appelés lymphocytes B. Dans le myélome, une seule cellule devient maligne et produit une quantité très importante de cellules identiques, toutes sécrétant la même immunoglobuline. Normalement, les immunoglobulines, présentes dans le sang, ont des structures extrêmement variées qui reflètent la variété des cibles infectieuses qu'il peut être nécessaire de combattre. Chez les patients porteurs de myélome, de très grandes quantités d'un seul type d'anticorps sont produits. Cette forme d'anticorps est appelée paraprotéine et est présente dans le sang et ou dans les urines dans à peu près 99 % des cas. Le taux des anticorps normaux est le plus souvent effondré. Cette paraprotéine entraîne une déformation du profil électrophorétique des protéines du sang, appelée "pic monoclonal". Ce pic monoclonal n'est pas synonyme de myélome, car il peut également se voir dans d'autres conditions : pic isolé (pic monoclonal " de signification inconnue"= MGUS), au cours de la maladie Waldenström (il s'agit alors d'une immunoglobuline de type IgM), au cours de la leucémie lymphoïde chronique ou d'autres syndromes prolifératifs, lymphomes, d’immunosuppression (Sida, greffe,…).

Les lésions osseuses sont une des caractéristiques du myélome multiple. La destruction osseuse (lacune, fracture spontanée, déminéralisation diffuse) est due à une activation par les cellules du myélome des cellules appelées ostéoclastes, qui détruisent normalement l'os. Plus rarement le myélome multiple peut s'accompagner d'hypercalcémie : une augmentation du calcium dans le sang cause une déshydratation et une insuffisance rénale, voire des troubles de la conscience, et finalement des troubles cardiaques qui peuvent entraîner la mort. 

Publications / références

- Difficultés d’interprétation de l’immunofixation. B Onraed. ABC 2004, 62 :1003-9.
- Que faire devant une paraprotéine ? A Ferrant. Louvain Med 121:S60-S65, 2002.

Sortie Excel Sortie Excel