Accueil > Patient et visiteur > Fonctions haut de page > À propos du CHU > Actualités
Numéro général
04 242 52 00
Accueil
Rendez-vous
04 242 52 52
Renseignement
04 242 52 11
Urgences
Sart Tilman
04 366 77 11
Bruyères
04 367 96 03
À propos du CHU
Communiqué de presse
 
  Imprimer

Un Centre pour les victimes de violences sexuelles s’ouvre au CHU de Liège

08/11/2017

Ce jeudi 9 novembre sera inauguré, sur le site N.-D. des Bruyères, le Centre de prises en charge des violences sexuelles (CPVS). Il émane d’un projet national soutenu par la Secrétaire d’Etat à la Lutte contre la pauvreté et à l’Egalité des chances, Madame Zuhal Demir.

Avec les deux autres centres installés à Bruxelles et à Gand, le centre liégeois met à disposition des victimes de violences sexuelles un espace d’expertise de première ligne avec le concours d’une équipe multidisciplinaire, suivant dès lors les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé en matière de prise en charge des victimes le plus adéquatement et le plus rapidement possible après l'agression.

Peu de viols aboutissent à une plainte, et peu de plaintes donnent lieu à une condamnation. Pas simple en effet, lorsqu’on vient de subir une agression sexuelle traumatisante, de trouver le courage d’affronter les bureaux de police, les examens médicaux et autres démarches aussi pénibles que complexes. Ce constat a stimulé le lancement de trois projets pilotes modélisés par l’université de Gand et inspirés de l’exemple anglais, à Gand, Bruxelles et Liège.

L’accessibilité, l’expertise et la relation de confiance au cœur du dispositif

La version liégeoise du CPVS a éclos grâce aux efforts conjugués d’Éric Adam, chef du service de Psychologie clinique et d’action sociale du CHU, et de Virginie Baÿ, infirmière chef de services en charge des services d’urgence du CHU.

Il s’agit de développer une approche à la fois médicale, psychologique et légale qui fait naitre un nouveau métier spécifique : infirmie(è)r(e) légiste. « Ces professionnels ont suivi un programme de formation plutôt chargé, qui brasse « le rôle de l’infirmier légiste ; la dimension psychologique des violences sexuelles pour la victime et pour les soignants ; les examens et soins à réaliser selon les cas ; l’aide psychosociale ; le cadre judiciaire, la réglementation et les procédures de police ; les aspects éthiques et le secret professionnel ; ou encore la prise en charge spécifique des enfants, des bébés et des adolescents et de leur entourage », détaille Virginie Baÿ.

« L’objectif est que les victimes puissent bénéficier d’un accueil global, rassurant et chaleureux, et qu’elles soient accompagnées tout au long des différentes démarches. Qu’elles aient accès en un seul lieu tant aux soins médicaux et à l’aide psychologique qu’à la justice. Nous travaillons en réseau, notamment en collaboration avec les inspecteurs de la Brigade des mœurs de la Police de Liège. L’accompagnement est adapté selon l’âge et le genre de la victime, notamment grâce à la présence de soignants pédiatriques », précise Eric Adam.

Une permanence 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 au service des victimes

Accueillie au service des Urgences, la victime est immédiatement prise en charge par l’infirmière légiste qui coordonne l’ensemble des soins médicaux, psychosociaux et médico-légaux nécessaires. « L’infirmière légiste est habilitée à recueillir des preuves biologiques, des échantillons ADN, etc. et à réaliser des constats qui conserveront une valeur légale au cas où la victime désire porter plainte par la suite, tout en respectant le temps du patient. Car les preuves disparaissent vite… »

Contacts presse : Louis MARAITE  CHU de Liège – 04 366 84 55  - 0499 54 38 91 – louis.maraite@chu.ulg.ac.be


Siège social
Centre Hospitalier Universitaire de Liège
Domaine Universitaire du Sart Tilman
Bâtiment B 35
B-4000 Liège
Belgique


© 2010 CHU de Liège | Mentions légales | Plan du site