Accueil > Patient et visiteur > Fonctions haut de page > À propos du CHU > Agenda > Journées de sensibilisation
Numéro général
04 242 52 00
Accueil
Rendez-vous
04 242 52 52
Renseignement
04 242 52 11
Urgences
Sart Tilman
04 366 77 11
Bruyères
04 367 96 03
À propos du CHU
Semaine mondiale du GLAUCOME
 
 

Du 15/03/17 au 17/03/17

CHU Sart Tilman, grande verrière
9:00 > 16:30

Glaucome : quand le monde [rétrécit] ... 

art2 - 3 bilan glaucome webSix minutes : c’est en moyenne le temps nécessaire à une prise de tension oculaire, un examen à la lampe à fente et la prise d’une photo de fond d’œil qui permettront de dépister cette atteinte du nerf optique.

Le service d’ophtalmologie du CHU de Liège est l’un des plus grands centres du pays, sous la direction du Pr Jean Marie Rakic : on y traite plus de 100 patients atteints de glaucome par semaine.

A l’occasion de la semaine du glaucome, du 12 au 18 mars, il organise trois journées de dépistage(s) gratuit(s) dans la grande verrière du Sart Tilman les 15, 16 et 17 mars.

Le glaucome, maladie neuro-dégénérative, génétique, asymptomatique et insidieuse du nerf optique, touche 2 % de la population de plus de 40 ans et 7 % des personnes âgées de plus de 70 ans. Il induit la mort progressive des cellules et des fibres nerveuses du nerf optique, ce qui peut conduire à la cécité. On constate en outre, dans la plupart des cas, une hypertonie intraoculaire (élévation de la pression intraoculaire).

PERTE DU CHAMP VISUEL ET DOULEURS OCULAIRES

Il existe différentes formes de glaucome, principalement le chronique à angle ouvert, insidieux et asymptomatique, et l’aigu à angle fermé, qui se manifeste par l'apparition soudaine d'une douleur sourde et persistante, associée à des nausées et des troubles de la vision. Cependant le glaucome peut aussi toucher très rarement l’enfant (glaucome congénital) et l’adolescent (glaucome juvénile), ou se déclencher à la suite d’un traumatisme ou d’une autre maladie de l’œil, comme une inflammation.

Lorsque les effets du glaucome deviennent perceptibles (au début de la pathologie, le cerveau « corrige » la vue), les détails situés en périphérie du champ visuel s’effacent.

Ces zones augmentent progressivement jusqu’à ce que le champ visuel s’éteigne.

Actuellement, seuls le dépistage et l’information aux patients à risque permettent de détecter cette maladie et de prévenir son évolution. Voilà pourquoi le Pr Nathalie Collignon et le Dr Géraldine Dupont seront à la manœuvre, du 15 au 17 mars, pour effectuer ce dépistage auprès de quelques 200 patients n’ayant pas encore bénéficié de cet examen.

COMMENT PRÉVENIR ? COMMENT GUÉRIR ?

art2 - 4 message médecin webLe traitement du glaucome n’est pas curatif : son objectif est de ralentir la progression de la maladie.

Trois types de traitements sont actuellement disponibles :

> LES COLLYRES, qui vont soit accroitre l’évacuation de l’humeur aqueuse, soit en réduire la production et ainsi diminuer la pression intraoculaire. Le traitement doit être personnalisé en fonction de son efficacité, de la tolérance et la compliance du patient et ce, durant toute sa vie.

> LE LASER (SLT ou ALT), qui permet de réduire essentiellement la résistance à l’écoulement de l’humeur aqueuse en impactant le trabéculum. L’efficacité de ce traitement est limitée en moyenne à une durée de deux ans.

> LA CHIRURGIE : la trabéculectomie est la seule technique chirurgicale d’application dans les glaucomes à angle fermé : elle crée une communication entre l’intérieur et l’extérieur de l’oeil, de façon à améliorer l’écoulement de l’humeur aqueuse. Pour les glaucomes à angle ouvert, on envisagera également la sclérectomie profonde et la viscocanalostomie, ou leur évolution plus récente, la canaloplastie. Il ne s’agit plus ici d’interventions pénétrantes avec ouverture entre le globe oculaire et l’extérieur mais bien d’un pelage minutieux du trabéculum, de manière à permettre à l’humeur aqueuse de percoler au travers de celui-ci. Ces différentes techniques sont utilisées au stade modéré voire avancé du glaucome. Une nouvelle ère chirurgicale s’est également ouverte, récemment, avec les MIGS (Minimally invasive glaucoma surgery), qui augmentent les possibilités thérapeutiques chez des patients à un stade plus précoce du glaucome : le CHU de Liège est à ce jour le seul centre wallon à proposer le Xen Aquesys Implant.

Puisque seul un dépistage précoce permet de ralentir les effets de la maladie, il est conseillé de se rendre chez un ophtalmologue une fois par an à partir de 40-45 ans. Un dépistage plus précoce et régulier est à prévoir chez les patients ayant des antécédents familiaux de glaucome.

Sensibilisation et dépistage gratuit

Le glaucome peut rendre aveugle s’il n’est pas détecté à temps : il concerne 2% des Belges de plus de 40 ans.
À partir de 40 ans, il est recommandé de consulter un ophtalmologue tous les deux ans et, après 65 ans, tous les ans.

Informations pratiques

Où ?
Dans la grande verrière du CHU Sart Tilman

Quand ?
Mercredi 15 et jeudi 2017 mars 2017, de 13h30 à 16h30
Vendredi 17 mars 2017, de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 16h30

Téléchargez et diffusez l'affiche.

► A lire : " Le glaucome : informer et dépister ! "

facebook petite image Suivez l'actualité du CHU de Liège sur les réseaux sociaux


Siège social
Centre Hospitalier Universitaire de Liège
Domaine Universitaire du Sart Tilman
Bâtiment B 35
B-4000 Liège
Belgique


© 2010 CHU de Liège | Mentions légales | Plan du site